Nouvelle adresse au 1er mai 2016 :
25 rue Jean Gabin – 78390 Bois d’Arcy
Tél : 01 30 64 00 10

En pratique

Quelles sont les contre-indications ?

Traditionnellement et par précaution, il est recommandé de ne pas réaliser de photo-épilation chez les femmes enceintes, les personnes ayant une poussée d’herpès ou une infection sur la zone à traiter.
Chez les adolescent(e)s, on attend habituellement que la puberté soit bien installée.

L'épilation définitive au laser ou à la lumière intense pulsée peut être pratiquée indifféremment chez l’homme ou la femme. Le nombre de séances nécessaire sera simplement plus important chez l’homme du fait de la stimulation hormonale.

L’épilation définitive est aussi adaptée dans le cadre du traitement esthétique de l'hirsutisme, en association à une prise en charge médicale adaptée.

Une autre contre-indication, temporaire ou non, à la pratique de la photo-épilation est l’utilisation de médicaments photosensibilisants. Citons notamment (liste non exhaustive): Anxiolytiques : Alprazolam, Chlordiazépoxide - Antibiotiques : Quinolones, Sulfamides, Tétracyclines, Triméthoprime - Antidépresseurs : Antidépresseurs tricycliques - Antipaludéens (traitement contre le paludisme) : Chloroquine, Quinine - Antifongiques par voie orale (contre certains champignons) : Griséofulvine - Antidiabétiques : Sulphonylurées - Antipsychotiques : Phénothiazines - Diurétiques : Furosémide, Thiazidiques - Médicaments de chimiothérapie : Dacarbazine, Fluoro-uracile, Méthotréxate, Vinblastine - Médicaments contre l'acné : Isotrétinoïne - Médicaments à visées cardiaques : Amiodarone, Quinidine.

Que faut-il faire ou ne pas faire avant une séance ?

Tout d’abord, il ne faut pas s’exposer aux UV (artificiels ou solaires) environ 1 mois avant la séance (attention aux expositions involontaires lors d’un déjeuner en terrasse ou de loisirs en plein air). Le risque est alors une dépigmentation de la peau bronzée totalement inesthétique. Celle-ci n’est pas définitive mais les différences de couleur peuvent durer assez longtemps…

En ce qui concerne les poils, le traitement ne sera efficace que sur les bulbes pileux présents dans la peau (et encore pas tous, voir cycle pilaire) ; il faut donc arrêter toute épilation à la cire ou à la pince, ainsi que toute décoloration, environ 3 semaines avant la séance. Les poils gênants pourront être rasés autant de fois que souhaité sur le plan esthétique, et cela également entre les séances.
Il existe très souvent une réticence compréhensible à raser la lèvre supérieure (peur d’une repousse plus drue), mais il faut savoir que dès la 1ère séance, les poils repoussent plus lentement et plus fins ! De plus, il reste de moins en moins de poils au fur et à mesure des séances. Les bénéfices de l’épilation définitive sont donc largement supérieurs à cet inconvénient temporaire.

Dans tous les cas, la zone à épiler devra être rasée environ 2 jours avant la séance ; si cela n’a pas été fait, le médecin pourra raser juste avant (mais selon la zone, cela peut prendre du temps et c’est beaucoup moins agréable à froid qu’à domicile, avec de la mousse à raser et sous l’eau..)

Comment se déroule une séance ?

Tout d’abord, le médecin s’assurera qu’il n’y a pas eu d’exposition aux UV (soleil ou cabine) dans le mois précédant la séance. Si c’est le cas, ou en cas d’herpès péribuccal pour une épilation de la lèvre supérieure, la séance de traitement devra être reportée, pour des raisons de sécurité. Il vérifiera également que vous ne prenez aucun médicament photosensibilisant.

L’application préalable d’un gel (comme celui utilisé pour les échographies) permet à la lumière de traverser la peau pour la lumière pulsée tandis que l’utilisation d’un système de refroidissement pour protéger la peau est indispensable pour le laser.

Toute la zone à épiler est traitée en déplaçant progressivement la pièce à main (ou applicateur). La durée de l’épilation peut donc varier de l’ordre de la minute pour la lèvre supérieure à plus d’une heure pour les jambes entières.

La sensation habituelle à chaque « tir » est celle d’un pincement similaire au tir d’un élastique sur la peau et/ou accompagnée de chaleur. La notion de douleur, tout à fait individuelle et subjective, doit être respectée et pour celles ou ceux qui le souhaitent, une anesthésie locale par crème peut être réalisée (avec ses inconvénients, comme le fait de venir au cabinet plus de 30 mn avant la séance et de laisser poser la crème en salle d’attente sous les vêtements, ce qui n’est pas toujours facile pour des zones comme le maillot…)

Que se passe-t-il après la séance?

Le plus souvent, on observe dans les minutes qui suivent l’épilation un léger rougissement de la peau et/ou un gonflement des orifices pileux, qui disparaîtront en quelques heures. Ces signes sont souhaités car ils témoignent de l’efficacité de l’épilation et non pas d’une épilation mal réalisée. On peut donc ressentir un échauffement de la zone traitée pendant quelques heures.
Avec le laser, le poil « saute » hors du follicule pileux dès l’épilation alors qu’avec la lumière intense pulsée, les poils atteints remontent progressivement à la surface de la peau et tombent d’eux-mêmes en 10 à 15 jours.

Pourquoi faut-il plusieurs séances ?

Comme cela a été expliqué ici, tous les poils ne sont pas détruits au cours d’une séance, leur destruction dépend de la phase de croissance dans lequel ils se trouvent. Ainsi, au fur et à mesure des séances, on assistera à une diminution du nombre et du calibre des poils. Un bon résultat ne peut être obtenu qu'après plusieurs séances, en moyenne 5 à 7 au niveau du corps, 6 à 8 au niveau du visage.

L’épilation est-elle vraiment définitive ?

Quel que soit l’appareil utilisé, il est plus raisonnable de parler d’épilation progressivement permanente. En particulier, sous l'influence des stimulations hormonales, de nouveaux poils peuvent apparaître après un temps variable, nécessitant des séances d'entretien dont la fréquence est variable selon les individus. Il faut aussi savoir que chez l’homme, le développement de la pilosité se poursuit beaucoup plus tardivement que chez la femme, de nouveaux poils pouvant apparaître vers la quarantaine, par exemple au niveau des épaules.