Nouvelle adresse au 1er mai 2016 :
25 rue Jean Gabin – 78390 Bois d’Arcy
Tél : 01 30 64 00 10

Injections des rides

Rappels sur le vieillissement du visage


Le visage se modifie au cours du temps, principalement sous l’action de la pesanteur, de la perte d’élasticité de la peau et de la diminution de sa teneur en acide hyaluronique, de la rétraction des muscles et de la résorption de la graisse.

Il en résulte notamment une modification des volumes du visage et l’apparition de rides. Nos rides sont aussi le reflet de nos mimiques les plus fréquentes car elles apparaissent également sous l’effet des contractions des nombreux muscles ou fibres musculaires du visage : on parle alors de rides « d’expression ». L’hérédité joue également, ainsi que l’exposition répétée au soleil et le tabagisme, qui accélère leur développement.

Par ordre d’apparition, on notera, aux environs de la trentaine, les rides du pourtour de l’œil (patte d’oie), du front et inter-sourcilières (rides du lion), qui sont toutes des rides d’expression. Vers la quarantaine, les sillons naso-géniens se creusent sous l’effet de la pesanteur, de la perte de l’élasticité cutanée et de la fonte graisseuse des pommettes. Certaines rides de la joue (rides du sommeil) deviennent permanentes tandis que le « plissé soleil » marque la lèvre supérieure. Enfin, vers la cinquantaine arrivent les plis « d’amertume » (coins de la bouche ») et les bajoues. Bien entendu, cette chronologie peut varier légèrement d’une femme à l’autre.

Les rides et pertes de volumes traitées

Les injections dans le derme d’une substance volumatrice et hygroscopique (qui retient l'eau) sont réalisées soit pour augmenter le volume d'une région du visage (pommettes, cernes, lèvres), ..., soit pour modifier et améliorer l'esthétique d'un visage en remplissant les rides (effet « lissage »).

D’un façon générale, il vaut mieux commencer par redonner au visage ses volumes puis traiter ensuite les rides profondes. Ainsi, en reformant des pommettes qui se sont atténuées, on limitera la ptose des sillons naso-géniens débutants que l’on pourra ensuite combler.

Les principales zone de comblement des rides sont :

  • Les plis naso-géniens (rides partant de l’aile du nez et descendant jusqu’aux coins de la bouche)
  • Les plis d’amertume (du coin des lèvres vers les maxillaires)
  • Les rides du lion (entre les sourcils), avec toutefois un bémol car pour la partie haute du visage, il est préférable de « paralyser » d’abord les muscles responsables de la formation de ces rides avec la toxine botulique. Si nécessaire après cette première étape, on complétera le résultat avec un comblement par l’acide hyaluronique.
  • Les ridules autour de la bouche (appelées « plissé soleil » sur la lèvre supérieure)
  • Les rides de la joue.

Les produits utilisés

On distingue généralement deux grandes catégories de produits de comblement selon leur caractère non résorbable ou résorbable.

Les produits non résorbables comprennent notamment le silicone, qui fut initialement utilisé mais est désormais interdit en France (du fait des nombreuses intolérances qui ont été constatées), mais aussi d’autres produits base de substances synthétiques : acrylamides, métacrylates, etc. Ils ont la particularité de pouvoir être reconnus comme un corps étranger par l’organisme qui peut alors déclencher une réaction de rejet contre eux, à type de granulome. Ces réactions peuvent être définitives, de même que le résultat obtenu (et c’est bien dommage si celui-ci n’est pas optimal…).
L’injection de produits non résorbables est donc fortement déconseillée.

Les produits résorbables ne présentent pas les mêmes inconvénients.

Les nouveaux collagènes (ovins et porcins) donnent d’excellents résultats pour les peaux très fines mais présentent l’inconvénient d’être très chers.

L’acide hyaluronique est donc le produit le plus utilisé actuellement.

En savoir plus sur l’acide hyaluronique

Il s’agit d’un composant naturel de nombreux tissus de l’organisme, dont la peau. Constitué de fibres microscopiques, il ressemble à un gel et présente une capacité très importante à retenir l’eau dans ses mailles (comme une éponge). Il se renouvellle en permanence car il est degradé par une enzyme, la hyaluronidase. Son taux diminue avec l’âge, ce qui explique que la peau devienne plus fine et moins hydratée (donc moins « pulpeuse ») en vieillissant.

L’acide hyaluronique utilisé dans les produits de comblement résorbables est issu des biotechnologies, d’origine non animale (ce qui garantit qu'il est exempt de tout virus ou prion), et est parfaitement toléré. Il est bien entendu stérile et les injections réalisées avec les mesures d’hygiène les plus strictes.

Une fois injecté dans le derme, l’acide hyaluronique est donc lentement dégradé, ce qui explique que ses effets s’estompent avec le temps. Il est donc nécessaire de répéter les injections pour en maintenir les bénéfices.

Toutefois, sa durée de vie dans la peau peut être prolongée par une technique de fabrication appelée « réticulation », qui consiste à relier entre elles les différentes chaînes moléculaires qui le composent (comme des mailles de filet).

L’acide hyaluronique non réticulé n’est donc généralement pas utilisé pour les injections de comblement mais pour un soin complet hydratant et régénérant réalisé par mésothérapie, le mésolift.

Selon le type de ride ou de perte de volume, votre médecin choisira un acide hyaluronique plus ou moins concentré, plus ou moins réticulé et plus ou moins fluide.
La durée des résultats varie selon les zones (et donc le type d’acide hyaluronique utilisé) entre 6 et 12 mois en moyenne.

Cette résorption progressive explique également que l’acide hyaluronique soit le produit le plus sûr à injecter pour le rajeunissement du visage. Les effets indésirables de type de nodules ou granulomes inflammatoires sont exceptionnels et, au cas où ils surviendraient, ils disparaitraient de toute façon eux aussi avec le temps (ce qui n’est pas le cas avec des produits non résorbables).

La nouvelle technique « soft filling » (ou technique de comblement douce)

Un important progrès vient d’être franchi dans le comblement des rides et la restructuration des volumes du visage grâce à la mise au point d’aiguilles spéciales, à bout rond, entraînant moins de risque de lésions des structures vasculo-nerveuses lors des injections.

Jusqu’à présent, l’acide hyaluronique était injecté principalement au moyen d’aiguilles classiques (donc pointues et tranchantes), de longueur limitée pour les aiguilles habituellement utilisées. Pour traiter l’ensemble d’une zone, il était donc nécessaire de piquer en plusieurs endroits, avec, à chaque fois, le risque de voir apparaître un bleu ou hématome par perforation d’un vaisseau sanguin. La technique soft filling consiste tout d’abord à « percer » la peau avec l’extrémité d’une aiguille classique, puis à introduire dans ce petit orifice l’aiguille soft fill à bout rond. Il existe différents diamètres et différentes longueurs d’aiguilles soft fill pour toutes les situations et même flexibles et donc adaptées aux contours du visage. On peut ainsi comparer ces aiguilles à de petites « fibres ».

Ainsi, les pommettes et l’ensemble de la joue peuvent être traités avec 1 seul point d’injection de chaque côté et avec des aiguilles plus fines que celles utilisées habituellement pour l’acide hyaluronique volumateur (très visqueux). De même, 1 seul point d’injection au niveau de chaque commissure labiale permet de traiter la joue, les sillons naso-géniens, les plis d’amertume, les lèvres et le plissé soleil. Il est également beaucoup plus aisé de réaliser un nappage du front (zone où les bleus sont fréquents avec les aiguilles classiques) ou du décolleté. Mêmes les mains peuvent être traitées avec 1 seul point d’injection.

Aujourd’hui, ce nouveau matériel, utilisé par le Dr Tiano, apporte plusieurs avantages majeurs :

  • moins de risques de traumatisme (donc de bleus et de gonflement)
  • moins de points d’injection
  • moins de douleur, et ce sans anesthésie (même pour les injections des lèvres, particulièrement sensibles),
  • plus de naturel dans les résultats.

Les bénéfices en sont donc immédiats et prolongés, pour le bonheur des deux parties. Le résultat est aussi plus global et plus harmonieux puisque l’on peut plus facilement et avec moins d’injections réaliser un véritable nappage et traiter des zones plus larges qu’avant, où pouvait exister une certaine réticence à multiplier les points d’injection.

Déroulement des séances au cabinet médical

Pour une sécurité maximale, je ne pratique que des injections de produits de comblement résorbables et donc d’acide hyaluronique. De plus, je n’utilise que des acides hyaluroniques non génériques, tels que ceux de marques reconnues pour leur sérieux, comme Juvederm, Glytone ou Téosyal (liste non exhaustive).

Tout d’abord, lors du bilan initial, je fournis toutes les informations nécessaires sur les injections et remets systématiquement un formulaire de « consentement éclairé », ainsi qu’un devis. Une estimation du nombre de seringues à injecter est effectuée par le médecin en fonction du résultat souhaité. Un délai légal de 15 jours de réflexion est à prévoir avant la prise de rendez-vous pour effectuer les injections.

Le jour des injections, une série de photos permet de bien visualiser l’importance des rides ou pertes de volumes « avant ». Selon la sensibilité individuelle à la douleur, une anesthésie par crème ou par injections de produit anesthésique pourra vous être proposée, surtout pour les lèvres qui sont les zones les plus douloureuses à injecter.

Selon les zones à traiter, la séance d’injections dure entre 15 et 30 mn environ. Elle est effectuée en position semi-assise pour mieux visualiser les rides et leur correction. Le résultat est immédiatement visible, avec parfois une sur-correction dans certaines zones comme les lèvres, très sensibles, qui gonflent légèrement dès l’injection. L’effet définitif (une fois l’œdème résorbé) ne sera obtenu qu’après 6-8 jours et il ne faut pas s’inquiéter de l’aspect immédiat en sortant du cabinet. L’application d’une poche froide immédiatement après les injections permet de limiter le gonflement.

Une visite de contrôle sera programmée après 2 semaines environ. Elle permet d’évaluer le résultat et de le visualiser objectivement avec une nouvelle série de photos (comparaison « avant-après »). Si l’effet n’est pas estimé suffisant, une injection complémentaire peut être pratiquée (il vaut mieux rajouter de l’acide hyaluronique que d’en injecter trop dès la première séance car dans ce cas, il faut attendre plusieurs mois que l’effet s’estompe !).

Ensuite, le rythme des injections sera déterminé par le délai de retour à la normale et le désir de chacun ou chacune.

Quelles sont les suites ?

De petites rougeurs, de petits bleus (liés à la traversée de petits vaisseaux sanguins lors des piqures) voire un gonflement des zones injectées peuvent persister pendant quelques heures à quelques jours, surtout sur les peaux fines et sensibles. Comme évoqué plus haut, ces inconvénients sont plus limités avec la technique soft filling. Un maquillage adapté (avec un crayon jaune spécial pour les bleus) permettra de masquer ces marques éventuelles.
Les allergies sont exceptionnelles ainsi que les autres effets indésirables à type de réaction inflammatoire ou nodules, notamment avec l’acide hyaluronique.